Elevage de Terre-neuve

Von Niederhardthfeld

Get Adobe Flash player

L'éducation du terre neuve

Note utilisateur: 5 / 5

Etoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles activesEtoiles actives
 

TOUT SE JOUE AVANT UN AN

Les données de la psychologie canine moderne permettent d'y voir plus clair dans les mécanismes de formation de la personnalité d'un chien et dans les parts respectives de l'inné et de l'acquis.

En ce qui concerne l'inné, il est clair que chaque race présente des caractéristiques et des aptitudes qui lui sont propres : l'exubérance du boxer, la vigilance du Rottweiler, la vaillance du Fox-terrier, la douceur du Colley, la bonhomie du Terre Neuve en sont quelques exemples.

Toutefois l'expérience a prouvé que les variations de caractère et de comportement au sein d'une même race sont souvent très importantes. Ainsi il peut exister autant de différences entre individus appartenant à une même race qu'entre chiens de races diverses. C'est pourquoi les personnes qui choisissent une race sur la foi de lectures sont parfois très déçues que leur compagnon ne corresponde pas à la description qui en était faite.

Le caractère des parents se transmet bien sûr en partie à leur descendance : on peut ainsi avoir des lignées de chiens aboyeurs, craintifs, agressifs, ou à l'inverse équilibrés, calmes, doués pour le travail, etc. C'est pourquoi aujourd'hui une sélection bien faite accorde la priorité à ce facteur.

On sait aussi qu'au sein d'une portée les caractères et les comportements peuvent être très variés selon les chiots : l'un d'eux reste souvent seul dans son coin, tandis qu'un autre vient faire la fête dès qu'un humain se présente, un troisième ne pense qu'à se bagarrer avec ses frères et soeurs, un quatrième explore tous les recoins, un cinquième monte déjà la garde en aboyant... Les tests de Campbell, pratiqués sur des chiots de 5 à 7 semaines de préférence, permettent de déterminer les tendances principales de la personnalité de chacun.

Le développement du caractère du chiot, et partant son comportement, va à partir de là être soumis à l'acquis, c'est-à-dire à l'influence des expériences qu'il va vivre.

La période prénatale :

La construction de la personnalité du chiot commence dans le ventre de sa mère. C'est pourquoi les conditions de la gestation et les émotions de la mère comptent beaucoup : si la chienne est stressée, anxieuse, isolée ou maltraitée, ses petits n'auront pas toutes leurs chances en venant au monde. En revanche si elle vit en famille, entourée d'affection, dans un environnement à la fois riche et calme, les conditions sont idéales pour la naissance de chiots équilibrés.

- 0 à 3 semaines : la période néo-natale

Alors que les chiots paraissent être encore à l'état "larvaire", leur cerveau commence sa maturation. Dès leur naissance, ils sont sensibles aux éléments extérieurs, dont la privation les handicaperait définitivement. Il est donc fortement conseillé de leur procurer un environnement riche en stimulations auditives (au besoin on peut utiliser des enregistrements), lumineuses (ne pas les élever dans le noir total) et de les manipuler régulièrement. Tout ceci sans excès, bien entendu.

- 3 à 14 semaines : la période de socialisation

A 3 semaines les yeux sont ouverts, les chiots commencent à grogner et à aboyer, à se déplacer et à explorer leur environnement. C'est aussi le début du sevrage. Cette période est fondamentale pour le développement psychomoteur du chiot, mais également pour sa socialisation. Il apprend à entrer en relation avec les autres : sa mère, ses frères et soeurs (la hiérarchie entre eux s'établit rapidement), les êtres humains et les autres animaux. Les comportements et rituels sociaux se mettent en place sous forme de jeux. Un manque total de contacts durant cette période conduit immanquablement à de très graves déséquilibres psychiques : chien social, agressif, dépressif, hyper craintif, présentant des comportements compulsifs et des troubles psychosomatiques. C'est pourquoi il est très bénéfique d'enrichir et d'élargir encore leur environnement et de les mettre en contact avec des personnes de tous âges (notamment des enfants) et des animaux divers. Parallèlement la surveillance doit être accrue, car une expérience particulièrement traumatisante vécue pendant cette période, appelée aussi celle de "l'empreinte", laissera un souvenir indélébile.

Education :

- 2 à 6 mois : la période juvénile

C'est en général vers l'âge de 2 mois que le chiot arrive dans sa famille d'adoption. Il n'a donc pas terminé sa socialisation, ce qui lui permet de s'adapter plus facilement à ses nouvelles conditions de vie.

Son éducation commence aussitôt. Il s'agit tout d'abord de fixer des limites ; la distinction entre ce qui est permis et interdit doit être claire dès le premier jour. Il est évident que si le maître s'attendrit lorsque son bébé Terre Neuve lui saute après, il aura du mal à l'en empêcher lorsqu'il pèsera 50 ou 70 kg. De même si le chiot est câliné sur le canapé, il ne voudra pas céder cette place par la suite. Si on lui distribue des friandises à table, c'est le meilleur moyen de le rendre mendiant voire voleur.
Si on lui donne une vieille pantoufle, il ne faudra pas s'étonner de le voir s'attaquer aux chaussures... C'est lui rendre service et s'assurer une harmonie future que de définir dès le départ des points de repère et des rituels qui lui permettront de trouver sa place et son équilibre.

Contrairement à une idée reçue, dès l'âge de 3 mois le chiot est parfaitement capable d'assimiler les premières  notions d'obéissance, au cours de séances brèves (5 à 10 minutes par jour) car sa capacité de concentration est encore très limitée. C'est le moment idéal pour commencer cette éducation, notamment en ce qui concerne les exercices de "sécurité routière". En débutant dès son âge tendre, on évitera bien des résistances, et on obtien dra des résultats avec des méthodes plus douces.

Il est tellement plus facile d'instaurer d'entrée de bonnes habitudes que d'avoir à en transformer de mauvaises !

D'autre part il ne faut surtout pas traiter le chiot comme un bébé, mais comme un chien. Etre ferme avec lui, en sachant rester patient. Ne pas le "couver", mais lui permettre au plus tôt de découvrir le monde sous une sur veillance vigilante mais discrète. Le laisser, dans la mesure du possible, résoudre seul ses problèmes afin qu'il développe son intelligence et sa confiance en lui. Sa sociabilité envers ses congénères dépend aussi des relations qu'il aura eues avec eux dans son enfance. Il faut donc rechercher les occasions de contacts avec d'autres chiens (et pas à travers un grillage), afin qu'il apprenne comment se comporter selon que l'autre est gros ou petit, jeune ou vieux, mâle ou femelle, joueur ou réservé.

Beaucoup de maîtres ignorent que l'agressivité d'un chien adulte est inhibée envers un chiot avant sa puberté, dans des conditions naturelles (chiens libres de leurs mouvements et maîtres n'intervenant d'aucune façon). Cela veut dire que même si l'adulte se montre très impressionnant et que le petit pousse des cris perçants, il ne lui sera fait aucun mal.

- 6 mois à 1 an : l'adolescence

C'est à partir de 6 à 12 mois que l'équilibre hormonal du chiot se modifie et que survient la puberté : chez la femelle apparition des premières chaleurs, chez le mâle marquage urinaire en levant la patte. Au sein d'une meute de loups, c'est à ce moment que le jeune commence à tenter de s'élever dans la hiérarchie pour conquérir un meilleur statut en s'opposant à ses aînés.

Le jeune chien n'est plus protégé contre l'éventuelle agressivité des adultes, il va parfois s'attirer des ennuis en cherchant à les dominer : il convient alors de se montrer plus sélectif dans le choix des chiens avec lesquels on va le laisser jouer, surtout s'il s'agit d'un mâle.

A la maison, de nouveaux problèmes risquent d'apparaître car le jeune chien cherche aussi à remettre en cause des acquis, à s'adjuger de nouvelles prérogatives et parfois même il teste son pouvoir sur les maîtres par des marques d'agressivité. Les résultats en obéissance connaissent souvent une régression durant cette période de crise, il importe alors de ne pas lâcher prise. Au contraire on aura intérêt à intensifier les exercices et à les faire pratiquer dans des endroits variés, à la fois sur le territoire du chien et dans des milieux inconnus.

Il est capital d'habituer le jeune chien à la ville même si l'on habite à la campagne. S'intégrer au milieu urbain, avec ses bruits, sa foule, ses véhicules, etc... sera plus difficile pour un Berger que pour un Terre Neuve par exemple, dont le seuil de stress est beaucoup plus élevé. Ce n'en est que plus indispensable. Emmenons-le dans les rues piétonnes, puis au marché, à la sortie de l'école, le long des boulevards, à la gare, dans un bus, .et pour l'épreuve finale : la fête foraine ! IIlfaut savoir que, passé un an, le chien aura de plus en plus de difficultés à faire face à une situation stressante inconnue.

C'est ainsi que pour certains, la visite annuelle chez le vétérinaire devient un véritable cauchemar.
Même si cela demande de la disponibilité et des efforts, les maîtres investissent pour l'avenir en multipliant les expériences au cours de la première année de leur compagnon : ils obtiendront ainsi un chien équilibré en toutes circonstances, qui saura s'adapter facilement s'il se produit des changements importants au cours de sa vie.

Elevage von Niederhardtfeld - Elevage de Terre-Neuve

N° Siret : 52378216700010

N° Elevage : 683 710

N° TVA intracommunautaire : FR52378216700010

N° Certificat de Capacité : 68/114 Copyright 2010.

Les textes et les images sont la propriété exclusive de l'élevage von Niederhardtfeld  - Reproduction interdite

Ce site a été réalisé par Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Annuaire Animalier élevages de chien

Accès à l'administration du site.